Ma Bohème

Question : Comment Rimbaud donne-t-il sa vision du monde de la poésie dans « Ma Bohème » ?

Introduction

Présentation de l’auteur, du mouvement littéraire et du contexte historique.

Natif de Charleville-Mézières, épris de liberté, Rimbaud fait de nombreuses fugues notamment vers Paris. Sa vie sera marquée par le goût du voyage. Il parcourra les villes de Paris, Londres et Bruxelles puis l’Afrique quand il quittera l’Europe. Il admira la poésie de Baudelaire, précurseur du symbolisme. Il sera une des figures essentielles du symbolisme avec Verlaine son amant. Le symbolisme fait émerger un monde idéal. Les symbolistes décrivent plus les sensations qu’ils éprouvent face au monde plus que le monde lui-même. Mallarmé écrit « suggérer plutôt que dire » ou encore « peindre non la chose mais l’effet qu’elle produit ».

Présentation de l’œuvre et du texte

Rimbaud dans ses jeunes années écrit un recueil intitulé le cahier de Douai. Ces poésies sont composées entre 1869 et 1872. « Ma Bohème » est une poésie qui raconte la fugue du jeune poète dans la nature qu’il contemple et qui lui donne un sentiment de liberté. Elle est écrite sous la forme d’un sonnet. C’est une forme fixe en 2 quatrains et deux tercets en alexandrins embrassés.

Question : Comment Rimbaud donne-t-il sa vision du monde de la poésie dans « Ma Bohème » ?

Plan choisi :

1° Une poésie des sensations pour décrire le monde

2° Un monde vu sous le regard de l’enfance

3° Un monde vu par un artiste

 

 

Développement

1° Une poésie des sensations pour décrire le monde

poésie des sensations :

  • verbes de sensation
  • correspondances entre la vue, l’odorat et le toucher principalement
  • présence de la nature : c’est un monde naturel dans lequel évolue le poète, propre aux premières poésies rimbaldiennes

 

2° Un monde vu avec le regard de l’enfance

  • vocabulaire enfantin
  • atmosphère de conte fantastique (réf aux « ombres fantastiques » et au « petit poucet rêveur »).
  • métaphore de la nature qui représente une maison (« mon auberge était à la grande ourse », « mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou »)
  • Monde qui évoque la liberté (vocabulaire de la joie et référence aux bohémiens, peuple nomade qui ne suit  pas les règles de la société et vit dans la nature )

 

3° un monde musical et poétique

  • Le monde poétique et inspire le poète. Présence de la « Muse » poétique.
  • Le monde est musical et les pas scandent le rythme de la poésie (voir l’allitération en p du premier vers). Voir la métaphore de la lyre et des pas. Voir également le travail de rejets et d’enjambements qui structurent le sonnet.

 

Conclusion :

Rimbaud donne à travers ce sonnet la vision d’un monde parfait selon son regard : un monde imaginaire, enfantin, musical dans lequel il sera en communion poétique avec la nature.  Il s’appuie sur les sensations pour décrire la nature autour de lui grâce à laquelle il accède à la liberté.

Ouverture : Rimbaud offre sa vision du monde grâce à la poésie comme Baudelaire l’avait fait dans le poème « Correspondances ». Baudelaire lui voit le monde comme une forêt de symboles où les parfums, les couleurs et les sons se répondent. La poésie et les sensations principalement olfactives tendent à créer un ensemble harmonieux spirituel alors que Rimbaud créé une poésie légère, enfantine et libre.

 

 

 

 

Previous post Méthode question de corpus
Next post Mise en page du commentaire