Le Misanthrope acte I scène 1

Voici les éléments qui permettent de répondre à la question suivante. Est-ce que la scène d’exposition du Misanthrope est-elle traditionnelle ?

Joué en 1666 au palais royal un an après Tartuffe (qui déjà exploré le thème de l’hypocrisie religieuse) Les rôles d’Alceste et de Célimène sont tenus par Molière et Armande Béjart qui semble être amoureuse d’un autre comédien.Molière est malade et supporte difficilement le monde des courtisans et sort fatigué par la querelle des dévots qui l’opposent aux religieux rigoristes de l’époque qui voient dans ses pièces l’impiété généralisée. (Dom Juan et Tartuffe).Cette pièce qui  regorge de portraits (on parle en littérature à cet effet de pièce à clé où les contemporains de Molière peuvent se reconnaître).
Situation du passage : Alceste et Philinte se disputent à propos de l’attitude à adopter en société quant à la vérité.

Une présentation traditionnelle du protagoniste et de son confident : » l’homme d’honneur » contre « l’honnête homme »

Alceste, victime de sa folie, est un personnage démesuré face à au raisonneur chez Molière, Philinthe.Thème de la folie du misanthrope (sa mélancolie) son obsession.  Patrick. Dandrey, critique de Molière, parle de « marotte » (comme Arnolphe qui a peur d’être trompé dans l’Ecole des femmes).
Voir le
chiasme du début de la pièce (V.4-5) qui souligne l’antagonisme entre les deux hommes et surtout l’absence de volonté de communication chez Alceste.
Voir également à cet effet  les stichomythies du début de la pièce qui sont autant d’interruptions du discours par Alceste.
Les questions rhétoriques cherchent à persuader Philinte de l’horreur de son comportement quand Philinte s’interroge véritablement pour comprendre son ami. Il représente l’idéal classique de la mesure, il incarne « l’honnête homme ».
Molière présente à travers ses deux personnages deux faces de la comédie du monde et remet en cause la définition de l’honnête homme. Aux convenances sociales, il préfère la sincérité. Il est plus « homme d’honneur »(V.16- qu’ « honnête homme » (V.48). Il se réfère à une société et à des valeurs du moyen-âge qui n’ont plus cours à son époque.

Avec des champs lexicaux antithétiques dans le texte :

sérieux/Plaisanterie
vérité / mensonge
civilité/ hypocrisie

Molière est à la fois Philinte (le parfait honnête homme) et Alceste (au caractère mélancolique).

Une scène d’exposition en demi-teinte

L’intrigue est très mince dans cette exposition. Il n y a pas d’action sur laquelle s’appuyer comme dans l’École des femmes par exemple dans l’exposition de laquelle on apprend de suite que Arnolphe séquestre Agnès tandis qu’Horace veut l’enlever.
Malgré un début « in medias res » (on découvre les personnages en pleine dispute suite à un événement antérieur (V.13).  Le Misanthrope est une comédie qui ne répond pas totalement aux canons de la comédie classique. Molière, plus particulièrement dans cette pièce, offre une tonalité sérieuse et des accents tragiques à sa comédie.  (voir le termes de fureur (V.20, propre à la tragédie) et le début d’une pièce qui expose un problème de société (l’hypocrisie sociale) plutôt qu’une intrigue comique. cette exposition prend donc un accent tragique et éloigne le spectateur des ressorts comiques de la comédie de mariage. Il n’y a notamment pas de père dans cette pièce qui viendrait contrevenir aux desseins d’Alceste. 

Ce sera seulement dans la deuxième partie de la scène qu’on découvrira le ressort d’un comique de situation à savoir Alceste amoureux d’une coquette médisante, Célimène.

Une exposition classique qui comporte une dimension morale

Cette pièce, malgré son intrigue mince et sa tonalité tragique, est traditionnelle  dans le sens où elle répond aux canons du classicisme. La pièce, une grande comédie moliéresque en alexandrins ayant pour personnages  bourgeoisie et petite aristocratie, comporte donc une dimension morale. On trouve de nombreux passages didactiques dans lesquels Molière vise à enseigner une morale au public (l’édifier). La tirade d’Alceste sur l’hypocrisie.

Alceste critique sur un registre épidictique dans une tirade (41-64) (voir le vocabulaire péjoratif de la tirade.la « lâche méthode » qui consiste à accepter les convenances sociales et à se livrer à une forme d’hypocrisie.Voir les vers qui font office de maxime (conforme à l’ère classique, Molière tel La Bruyère dans ses Caractères fait un portrait péjoratif du courtisan). 

CCL :

L’exposition théâtrale du Misanthrope est classique car c’est une pièce édifiante. Elle répond aux codes du classicisme qui vise à édifier le public car Alceste critique la société.
Plus épidictique que satirique, la pièce tend vers le tragique plus que vers le comique.
ouverture : on pense à Tartuffe de Molière qui traite également du sujet de l’hypocrisie mais d’un point de vue religieux.