Correspondances de Baudelaire

Axes de lectures des Correspondances dans les Fleurs du mal de Baudelaire.

Mots-clé

synesthésies, hermétisme, parfums, sonnet, tétramètre, religiosité

 

Introduction

Les Fleurs du mal parues en 1857. Baudelaire qui écrira les Salons (critique des expositions de peinture)sera particulièrement attentif à l’esthétique. Il rompt avec la conception platonicienne du bien et du beau intimement liés. On retrouve bien évidemment aussi une référence dans ce poème à la caverne de Platon.les FDM : Titre oxymorique qui allie la beauté et le mal. La beauté peut surgir du mal. Lire à ce propos “Une charogne” bien représentatif de cette idée. De la laideur et du mal peuvent émerger la beauté.

le poème est le 4eme du recueil dans la section Spleen et Idéal. qui présente l’oscillation constante du poète entre les affres de la souffrance (lire quand le ciel et bas et lourd) et l’accès à la perfection de la poésie (lire Idéal et Elévation) et surtout lire l’albatros qui présente les deux postures du poète.

Structure du sonnet

deux quatrains font une description de la théorie des correspondances quand les deux tercets illustrent ces correspondances parfums son couleurs en les rattachant à la notion de transcendance. Les correspondances ravissent l’esprit et les sens.

 

Symbolisme du poème

Ce poème explore la théorie des correspondances chers aux symbolistes dont les thèmes favoris sont :

  • le rêve
  • évoquer, suggérer plutôt que dire.
  • hermétisme : le monde est opaque : ses symboles sont durs à déchiffrer. (“forêt de symboles”, la nature observe l’homme av des « regards familiers ». L’homme ne sait donc pas déchiffrer ce monde opaque,avec de « confuses paroles ».
  • les synesthésies sont un moyen de déchiffrer ces symboles grâce à un travail inouï sur lac correspondances entres les sens : “les parfums les sons et les couleurs se répondent” : mécanisme des correspondances qui relient des sens différents entre eux: « les parfums doux comme les hautbois,verts comme les prairies ». (couleurs, toucher, parfum, son)

 

Nature

voir la personnification de la nature assimilée à la fois à une cathédrale (ce qui ramène à la religiosité) mais vivante comme le prouve l’oxymore « vivants piliers ». qui délivre de »confuses paroles ».Cette nature observe l’homme avec des « regards familiers ».

 

Parfum et religiosité

lire les poèmes la chevelure, flacon, parfum exotique pour avoir des références sur la thématique du parfum chez Baudelaire. Le parfum est à rattacher à deux thèmes la nature et la religiosité puisque les parfums le musc, l’encens et le benjoin ramènent notamment à la transcendance cad l’accès au divin pour le poème puisque le dernier vers se clôt sur les transports de l’esprit et du sens.

voc du religieux : encens infinies esprit chantent transport, piliers.

 

Musicalité

la structure du sonnet en alexandrins offre un aspect symétrique. Pas de rejet chez Baudelaire qui désorganiserait le poème. On trouve notamment un tétramètre d’un vers le plus important du sonnet divisé en 4 parties égales (à savoir 3/3//3/3) les parfums, les couleurs et les sons se répondent ».

Les rimes soulignent le sens du poème : confondent et répondent dans une structure embrassée souligne le mécanisme des correspondances qui relient des sens différents entre eux: « les parfums doux comme les hautbois,verts comme les prairies ». (couleurs, toucher, parfum, son)

unité/clarté : renforce l’idée de perfection avec le son é.

les énumérations créent un rythme musical dans les deux derniers tercets qui emportent les sens du lecteur pris dans le transport de l’esprit et  des sens.